mardi 15 août 2017

TREVOR TIMMINS : UNE VALEUR SÛRE...POUR LES ANTI-HABS !!!


Vous le savez, c'est un de mes plaisirs dans la vie.  Celui de trouver sans cesse de nouvelles façons de ridiculiser le Cacanadien de Mourial et leurs partisans bipolaires.  Ce n'est pas parce que j'adore inventer de nouvelles perles littéraires pour enjoliver ma satire anti-caca que je suis pour autant non crédible dans ce que j'écris sur le CHicolore.  On m'a parfois reproché d'être aussi biaisé -mais dans le sens contraire- que les pires amateurs chauvins du torCHon quand je m'exprime à son sujet.  Ce qui enlèverait toute valeur à mes critiques.  Pourtant, ce que mes lecteurs et moi -dans nos commentaires-  avançons ici, comme arguments, dans ce blogue, ne sont souvent que des vérités qui sont réelles et qui ne devraient pas paraître avant-gardistes.  Pourtant, elles font passer les fefans des CHaudrons, et les journaliCHe-culs moronréalaids complaisants, pour des arriérés et des aveugles, qui sont toujours en retard sur l'autobus de la réalité qui est passé...au siècle dernier !

Heureusement et exceptionnellement, il y a parfois des journalistes de sports qui ouvrent les yeux et qui accomplissent leur travail en faisant ce qu'ils devraient toujours faire : s'en tenir aux faits; à la découverte de la vérité, et de la réalité.  Récemment, ce fut le cas du journaliste Marc-Antoine Godin, dans La Presse +.  Contrairement à trop de ses collègues qui "couvrent" (qui flattent dans le sens du poil) les CHieux, Godin s'est donné la peine de faire enquête sur un aspect important dans le sort de toute équipe de hockey professionnelle : le recrutement de jeunes joueurs pour assurer l'avenir.



Ce que le scribe de La Presse a découvert, nous le savions depuis longtemps ici.  Le système de repêchage de l'organisation de la CHiasse est pourri.  Et son chef, Trevor Timmins, est un incompétent de la pire espèce !  Malgré ce que peut dire le DG Marc "Symphorien" Bergevin pour le défendre.  Depuis au moins dix ans, au mois de juin, les recruteurs du CHiendent multiplient les gaffes quand vient le temps du grand repêchage de la LNH.  Les résultats de l'analyse de Marc-Antoine Godin sont sans équivoque et prouvent mathématiquement, et de façon accablante, la déchéance des Cannes à CHiens dans cet important département qu'est le recrutement de nouveau talent.

En effet, Godin révèle que les CHaudrons se classent au 29e rang (sur 30 équipes) pour ce qui est du nombre de matchs disputés dans la Ligue Nationale par les joueurs qu'ils ont choisis au repêchage depuis 2008.  Tous ces supposés joyaux (de véritables vols s'il faut se fier aux fefans, aux journalicheux et aux dirigeants du Caca) n'ont joué que 1 368 parties dans le circuit Bettman alors que la moyenne de tous les clubs est de...2 974 !  Quel Flop !!!  Et, encore, les quelques rares recrues du torCHon qui ont touché à la rondelle dans la grande Ligue étaient-ils seulement de bon calibre ?  Et même lorsqu'ils étaient talentueux, ils ont souvent été échangés prématurément, avant que l'on reconnaisse leur vrai valeur.  On pense ici, entre autres, au défenseur Ryan McDonagh (photographié ci-dessus avec Galchenyuk -un autre raté du système de recrutement du Cacad'CHien-), capitaine des Rangers de New York.  Comment voulez-vous que les Anti-Habs de rient pas à gorge déployée devant tant de ridicule ?!


Faut-il rappeler que ce qui a fait le succès des CHieux par le passé (qui est devenu très lointain) c'était justement l'excellence de ses choix de repêchage ?  Mais c'était à une autre époque et ils n'avaient pas de mérite car c'était du tout cuit dans la bouche.  Ouais, c'était à l'époque bénie où les dirigeants de la CHiure (comme Sam Pollock) contrôlaient les autorités et les règlements de la NHL.  Ils avaient réussi à faire imposer une zone de protection autour de Montréal (en fait tout le Québec et une partie de l'Ontario), un vaste territoire, principale pépinière de nouveaux hockeyeurs de talent, dans lequel les autres clubs ne pouvaient pas piger.  Sans ce privilège incroyable (qui, depuis qu'il a pris fin à la suite du changement des règlements du repêchage, a condamné le torCHon à la médiocrité), les maîtres du CH n'auraient pas pu mettre la main sur tant de jeunes joueurs qui allaient devenir des membres du Temple de la Renommée.  Des athlètes légendaires qui ont rapporté tant de Coupes Stanley et qui ont fait le prestige du club des Molson.

Un prestige que le département de marketing du Cacanadien s'efforce de préserver ou de réinventer pour berner les fefans et les serviles journalistes mourialais, mais qui n'existe plus depuis longtemps (une génération).  Cette vérité, les Anti-CHieux la connaisse depuis des lunes, mais les arriérés de la métropauvre l'ignorent toujours et encore... 

lundi 14 août 2017

EN ROUTE VERS UNE 25e ANNÉE SANS COUPE POUR LE CACANADIEN !


Oh que le champagne était savoureux, hier soir, pour célébrer une 24e année consécutive sans Coupe Stanley pour les pitoyables Canailliens de MortYial ! 

Quel bonheur de voir les mines déconfites de tous ces serviles journalistes prostitués au Caca, ainsi que le désespoir de tous ces pauvres fefans de Morons Ville.  D'une certaine façon, leur éternelle dévotion envers leur club minable les empêche de voir la réalité en face : la mythique gloriole autour de leur équipe adorée fait partie d'un passé plus que révolu...qui ne reviendra jamais !

Mais n'allez pas leur dire la vérité, car les pharmacies débordent déjà de fefans démoralisés achetant des anti-dépresseurs, songeant au suicide, ou se défoulant sur leur conjoint, après cette autre sortie honteuse de leur club de broches à foin.



On l'avait énoncé avant la série, la façon infaillible de renverser les petits CHieux : les frapper durement pour leur donner la CHienne et les faire jouer du bout du bâton; et une bonne performance du gardien adverse.  Les Rangers n'étant pas un club reconnu pour sa robustesse et Lundqvist ayant l'habitude d'en arracher contre les CHaudrons, il pouvait y avoir des doutes concernant la réussite de ce plan de match.  Mais dès la première rencontre, ces doutes se sont dissipés.  À ma grande satisfaction ainsi qu'à celle des Anti-Habs !

On comptait aussi sur la défaillance habituelle de Scary Price en séries éliminatoires et nous l'avons eu !  Price a maintenant subi 31 défaites dans les parties comptant vraiment : les éliminatoires de la Coupe Stanley.  Un "loser" indécrottable !  Et non pas -quelle absurdité !- le meilleur gardien de la planète !

Le DG Marc "Symphorien" Bergevin a été encensé pour ses échanges de fin de saison.  Avec les gros jambons avariés qu'il a acquis (Nesterov, King, Ott, Martinsen, Davidson, Benn) les fefans et les pseudo-experts analystes vendus au torCHon étaient certains que personne ne pourrait plus intimider les petits porte-couleurs de la CHnoutte et que ça les mènerait à la Coupe.  Non seulement ce troupeau de vauriens n'a rien produit en attaque, mais ils étaient là pour défendre leurs petits schtroumps de coéquipiers (malmenés rondement par les Rangers) et ils ont lamentablement failli à la tâche...



Pendant que le capitaine Crouch Max Pacioretty faisait l'objet d'un avis de recherche, il commençait sa game d'hier en sortant sa frustration avec un double-échec au visage de la jeune recrue Jimmy Vesey, juste avant de sauter sournoisement sur lui pour le rouer de coups.  Quelle CHarogne !  Dans sa conférence d'après match, Patate Frite Julienne ne s'est pas gêné pour lui incomber sa part de responsabilité dans l'élimination des siens.  Ha ! Ha ! Ha !  Ha ! Ha !  Bien bon pour lui !!!

De l'autre côté, on a montré ce que c'était du leadership, et ce que c'était des guerriers des séries.  Après une première période perdante, Mats Zuccarello s'est levé dans le vestiaire pour dire que la performance de l'équipe était inacceptable.  Résultat : il s'est lui-même botté le derrière pour marquer deux buts qui ont contribué à faire la différence.  On ne s'est pas contenté de paroles creuses comme les Cannes à CHiens.  On s'est craché dans les mains et on a livré la marchandise...

Et pour le Caca, ça ne regarde pas mieux pour l'avenir.  On reviendra là-dessus...  En attendant, savourons cette autre humiliation des CHaudrons de la "Morons Nation" !

Quelle satisfaction de voir le caca en vacances, ce matin mon café est un délice et sans compter ton article! Même si le score semble indiquer une série serrée, les Rangers ont réussi à contrôler le caca, Price n'a pas fait de miracle digne d'un Jesus, au grand désarois des journalicheux qui ne saissaient de nous dire que "ce soir il va en goaler toute une!!" 
C'est fou comme à Montréal on se gonfle la tête et le chest à chaque série, ça en lève le coeur. 
C'est le fun quand ils manquent les séries mais quand ils se font sortir comme ça et qu'ils tombent de si haut ça donne une jouissance indescriptible!! Maintenant on va regarder des vraies équipes et pour ajouter l'insulte à l'injure j'espère que les Leafs vont sortir les Caps!!! 
PP







Godzilla a dit…






Un autre coupe Stanley gagné en octobre et novembre par les journalicheux de MTL ....Bon golf �� aux joueurs et bonne dépression à Renault Lavoie et Ron Fournier,les plus crédibles de la confrérie journalistique de Montréal !!!! ��

Anonyme a dit…
La chanson du jour: «Na, na, na, na! Na, na, na, na! Hé, hé, héééééé, goodbye!!!!!

Amis anti-habs, commençons tout de suite les préparatifs des festivités du quart de siècle 1993-2018 sans Coupe.

Anonyme a dit…
NANANANA NANANANA HEY HEY HEY GOODBYE !!!

Merci hacksaw pour le seul site crédible sur la chiasse (ou anti-chiasse).
Ya juste les féfans aux lunettes roses qui croyait aux chances du CACAnadiens.
Quel joie oui de voir cest journalicheux avec la mine basse HAHAHA !
Enfin terminer les féfanions de morons, place au vrai hockey !

encore une fois tous en coeur !

NANANANA NANANANA HEY HEY HEY GOODBYE !


Anonyme a dit…
Et voilà!la CHiure dans les boules à mites encore une fois comme nous l'avions prédits.

Remarquer que nous n'avons pas besoin d'êtres des devins pour éCHafauder nos prédictions juste à voir leur alignement de fond de short année àpres année c'est une risée total.

Trop drole maintenant d'aller torturer les bipolaires du coté de brun-nez qui encore une fois vont éCHafauder d'aucun scénario aussi farfelu soit-il en rêvassant à des jours meilleurs.

Noubliez pas les amis il ne reste qu'une seule petite année pour les 25 ans sans coupe des moronréalaids d'haiti nord,un T-SHIRT original pour souligner cet évenement grandiose serait de mise.

inthebox man a dit…
et voila débarrassé de la vermine encore une fois un autre bel été qui commence .

Anonyme a dit…




Une 24e année de suite de bonheur pour nous les anti-habs.

Pendant ce temps, PK Subban fait flèche de tout bois et s'en va en 2e ronde des séries.

Ce sera jouissif de voir les journaliCHeux être obligés de décrire et commenter les matchs des Predators qui devraient se rendre jusqu'en Finale de la coupe Stanley !

Et pourquoi pas une coupe pour PK. Ce serait le summum de l'humiliation pour le minable Bergevaurien...

mardi 25 juillet 2017

LE CH PATAUGE ENCORE DANS LA MERDE DU DERNIER RANG, MAIS LE SPECTACLE QU'IL OFFRE EST QUAND MÊME MOINS DRÔLE QU'UNE COURSE AU COCHON GRAISSÉ...


Même si ce qui reste du calendrier des CHaudrons n'a guère d'importance, vu leur élimination déjà acquise, je tenais à regarder les deux matchs qu'ils ont "joué" contre les Sénateurs d'Ottawa, la semaine passée. Pas pour voir à l'oeuvre l'équipe faible, terne et plate des Molson, mais pour découvrir encore comment les Sens ont pu faire mentir à ce point les experts qui leur prédisaient le dernier rang dans la Conférence de l'Est, avant le début de la saison. J'ai été déçu. Dans chacun de ces affrontements avec le torCHon, le club du capitaine Daniel Alfredsson s'est enlisé dans le "pit" de vase et de boue du système défensif des CHieux. De l'anti-hockey à son pire... De la trappe à en être malade, tellement ça étouffe le jeu jusqu'à l'empêcher, même... Car pour "jouer" au hockey, il faut avoir deux formations en présence. Plus il y a des attaques et des contre-attaques rapides, plus c'est intéressant et captivant. 

Lorsqu'une équipe, en l'occurrence les Canailliens à marde, ne fait que se défendre en attendant une ouverture ou une erreur de l'adversaire pour tenter une contre-attaque, aussi bien dire qu'on ne joue plus. Un peu comme un boxeur qui ne fait que se cacher le visage et le haut du corps avec ses gants et ses avant-bras, sans jamais rendre les coups de poings qu'il reçoit. Un vrai "punching bag", qui se fait généralement huer par la foule des spectateurs qui en veulent résolument plus pour leur argent.


Vendredi à Ottawa, le Caca a lancé trois fois au but en 2e et en 3e période. Complètement insensé et mourant, au point de vue spectacle et divertissement. Les Sens auraient dû faire comme les Flyers en début de saison, lorsqu'ils ont arrêté de jouer contre le Lightning, à cause du système "camisole de force" de l'entraîneur Guy Boucher. Ottawa a bénéficié d'une avalanche d'avantages numériques, mais rien n'y faisait. Recroquevillés comme une tortue sous sa carapace, les Cannes à CHiens ont réduit au silence les gros canons des Sénateurs qui n'arrivaient pas à percer la boîte défensive CHicolore. Josh Gorges a été "époustouflant", bloquant pas moins d'une dizaine de tirs. Courageux le gars. Faut lui donner ça ! Se donner autant dans une cause perdante. Un des rares à mériter son salaire du côté de la Guenille. 215 lancers bloqués cette année. De loin le meilleur dans ce département dans la Ligue Nationale. Combien de ces lancers bloqués auraient pu déjouer Scary Price ? Un bon nombre, sans doute. Un vrai second gardien que ce diable de Gorges ! 

À titre comparatif, le deuxième meilleur pour bloquer des tirs chez les CHaudrons c'est Piqué des vers Subban, avec 97 blocs. Gorges est aussi un des rares à oser dire la vérité, à donner l'heure juste, lorsqu'il parle aux journalistes après les parties. Malgré la consigne du silence (omerta) imposée par son patron Pierre Gauthier. Vendredi soir, c'était frustrant de voir l'impuissance des Alfredsson, Spezza, Michalek et autre Karlsson durant les jeux de puissance de leur club. Devant mon écran de télé, j'ai presque attrapé le torticolis à force de me pencher la tête dans tous les sens en essayant de trouver un angle favorable ou une brèche dans laquelle les Sens auraient pu passer pour déjouer Scary Price. Peine perdue... Personne n'a pu se démarquer pour enfiler l'aiguille. En plus, Price a été merdeux quand il a été sauvé par ses poteaux, à de multiples reprises. Merdeux comme ces cochons graissés (photo du haut) que l'on tente d'attraper dans un "pit" de vase et de boue. Mais, enfin, le CHiendent a fini par perdre en sur-temps. Mais dominés comme ils l'ont été, les CHieux ne méritaient pas le point de BS qu'ils ont récolté.


Samedi soir, le Centre PouBell était rempli de fefans venus acclamer leurs "losers". Sauf Rene Bourque, qu'ils ont pris en grippe et qu'ils ont copieusement hué, parce qu'il ne foute rien sur la patinoire depuis son acquisition dans l'échange de Cammalleri. À l'opposé, Subban (qui s'est fait moucher par Colin Greening vendredi à Ottawa, 2e photo ci-dessus) est toujours le CHouCHou des mordus de la CHiasse même si son nom apparaît au 10e rang des pires joueurs de la NHL pour le nombre de revirements commis (73). Chez le CHicolore, celui qui le suit est loin derrière avec 48 gaffes (Plekanec). Il n'y a pas de statistiques semblables pour les gardiens, mais Scary Price est sûrement le champion de ce genre de bourdes parmi ses confrères de la LNH. À l'enjeu de la rencontre de samedi : la dernière position dans l'Est. Le Caca a perdu en fusillade contre les Islanders, pour aller les rejoindre dans la cave du classement. Quoi de plus naturel et de normal ?! L'attaque du torCHon étant l'affaire d'un seul trio, que peut-il arriver quand ces trois joueurs (Pacioretty-Desharnais-Cole) ne s'inscrivent pas au pointage, comme ce fut le cas en fin de semaine ? Oui, vous l'avez deviné : deux défaites en autant de parties... Une pitié... 

Samedi, les CHaudrons n'ont pu battre un gardien (Montoya) qui n'avait pas joué depuis le 20 février. Tellement rouillé le portier des Islanders, qu'il a littéralement donné son premier but de la saison au "prolifique" Aaron Palushaj. Il n'en fallait pas plus pour que les fefans entonnent leur chant ridicule ("olé, olé, olé, olé"), quelques minutes plus tard... Méchante bande de demeurés... Contrairement aux gradins qui étaient quasiment pleins (pourquoi ? on se le demande bien), il y avait plusieurs sièges vides sur la galerie de la presse. Pourquoi ? Les absents avaient préféré aller voir jouer l'Impact au Stade Olympique ! Quand ça va mal, ça peut aller vraiment mal...

Parlez-en au "head coach" Randy Cunneyworth, qui était vert comme un Irlandais à la St-Patrick (ou comme le Cap'tain CrouCH Brian Gionta qui ne semblait pas s'ennuyer durant le match-photo ci-contre-), quand Mark Streit a traversé la patinoire et a déjoué tous les CHieux pour marquer tout un but (photo ci-dessus). Il est vrai que ce but ressemblait plus à un touché au football car Matt Moulson a fait tout un bloc (un "pick" en langage de hockey) à la ligne bleue contre Ryan White, ce qui a ouvert le chemin à Streit et ce qui a enragé l'entraîneur du Cacad'CHien qui a réclamé en vain une punition sur ce jeu. Le pauvre Randy avait les yeux gros comme des pièces de $ 2 et la bouche assez grande ouverte pour avaler plusieurs mouches. Sans parler de ses nerfs du cou, tendus comme des cordes de violon ! En passant, depuis la manifestation pro-français qui a suivi sa nomination, on n'entend plus Cunneyworth prononcer quelques mots de français après les joutes. Curieux non ? Il devait se mettre à l'apprentissage de la langue de Molière, il me semble... 

Bof ! C'est de la merde, comme tout ce qui touche cette organisation de ti-counes. C'était la 45e défaite des incapables de Mourial. On espère qu'ils se rendront à 50. Un si beau chiffre rond ! Nous les anti-habs, sommes insatiables ! On voudrait qu'ils les perdent toutes ! Mais soyons contents, seuls les Blue Jackets de Columbus ont moins de victoires que la CHnoutte. C'est ti pas merveilleux ça ?! Avec un peu de chance, l'élimination officielle de ces vauriens arrivera dans les prochains jours.
D'un autre côté, c'est presque trop facile, les rares fefans qui osent encore essayer d'argumenter avec nous-autres se font mettre le nez dans le caca, celui qui salit le pif des cancres de la classe... Des derniers de classe... Les déclassés qui n'ont pas de classe... Les colons... Les Habitants... Les Habs CHicolores... Pas besoin d'autre argument ou de preuve supplémentaire. C'est HONTE AUX VAINCUS, sur qui les vainqueurs se torchent les pieds... Amen ! Alléluia ! That's it ! That's all !

TROIS ANS DÉJÀ : HACKSAW EST TOUJOURS LÀ POUR RIRE DU CACANADIEN ET DE SES FEFANS !


Il y a trois ans, le 13 mars 2009, en créant le blogue CH COMME DANS TORCHON, votre humble serviteur prenait la relève du site Anti-Habs, détruit par les fefans du CH qui polluent encore présentement le blogue du journaliste François Gagnon, du journal LA PRESSE. Immédiatement mis au courant de l'existence de mon blogue, ces talifans extrémistes, incapables d'accepter que l'on puisse se moquer d'eux et de leur club de broches à foin, ont tenté de "noyer" mon site dans un déluge de cochonneries. Ils employaient ainsi la même arme qui a fait sauter Anti-Habs. J'ai bloqué leur stratégie destructrice en filtrant les messages-fleuves qu'ils m'envoyaient. 

Je dois malheureusement encore aujourd'hui continuer de veiller au grain en modérant les commentaires que vous m'envoyez. Sans quoi mes blogues anti-CH seraient mis hors d'usage par les talifans, ces intégristes religieux de la Sainte Flanelle. Ces précautions obligatoires enlèvent cette "belle" spontanéité qui caractérisait les échanges libres entre fefans et anti-CH sur l'ancien site Anti-Habs. Les messages "en direct" ou en ligne mettaient rapidement le feu aux poudres, et des batailles épiques entre pro-habs et antis pouvaient se prolonger pendant quelques jours, sur un même sujet. 

Après les tentative ratées d'éliminer mon site par la force, dès son lancement, les talifans de Gagnon Ville ont ensuite changé de tactique. Ils ont eu recours à la douceur et à la flatterie. Ils ont envoyé un message déplorant qu'un gars intelligent comme moi mette ses talents de rédacteur au service d'une telle cause, celle d'oser ridiculiser le monstre sacré et intouchable qu'est le Canadien de Montréal. Ils m'ont demandé gentiment de renoncer à mon projet. J'ai gentiment refusé leur recommandation. Et trois ans plus tard, je suis toujours là, malgré les bâtons qu'ils ont mis dans mes roues.

Oui, trois ans plus tard je suis toujours dans le paysage, et j'en suis fort aise. Au début de CH comme dans torCHon, le célèbre journaliste Réjean Tremblay m'a donné tout un coup de main en parlant de mon blogue à l'émission radiophonique de Paul Arcand (avec Alain Crête comme collaborateur aux nouvelles du sport). Réjean en a aussi parlé de mon blogue lors d'une entrevue dans une station radio de l'Abitibi, quelques mois plus tard. Le nombre de visiteurs sur mon site a continué de progresser. Si bien que l'an dernier, à sa deuxième année de vie, CH comme dans torCHon est même monté en tête du palmarès des blogues indépendants de sports les plus fréquentés au Québec, d'après les statistiques compilées sur le répertoire de blogues de TOUT LE MONDE EN BLOGUE. Cela en était trop pour les talifans et les fefans. En faisant plusieurs plaintes, mes détracteurs ont réussi à obtenir de Google (la plate-forme de diffusion qui héberge mon site) qu'il empêche l'accès direct à CH comme dans torCHon. Lorsqu'on veut accéder à ce blogue, un avis nous avertit d'abord que le contenu peut être offensant. Il faut ensuite cliquer sur une "porte" d'accès pour entrer sur le site. Refusant cette censure déguisée, j'ai déménagé mes pénates ici, sur CH comme dans CHaudrons. Et j'ai activé davantage un blogue satellite qui existait déjà : mon JOURNAL INTIME D'UN ANTI-HABS EN FEU. 

J'ai aussi poursuivi mon oeuvre complètement débridée et éclatée sur mon site L'ANTI-HABS ILLIMITÉ, et durant mes moments libres, je travaille à la construction de mon TEMPLE DE LA HONTE DU CH. Une belle famille de blogues anti-CHieux qui fait mon bonheur et me procure beaucoup de joie !

CH comme dans torCHon existe toujours mais il est en veilleuse. Il contient des archives qui débordent de bonnes idées que je me propose de rafraîchir durant la saison morte du hockey. Ensuite, sa vocation sera sans doute changée. Son successeur, CH comme dans CHaudrons, n'a pas atteint le même degré de popularité (présentement 16e au classement des blogues de sports de TOUT LE MONDE EN BLOGUE), mais c'est loin de me décourager ! Ma mission demeure la même : rire du CH (et de ses suppôts) en attaquant les mythes et les fausses croyances qui l'entourent. Et je suis béni des dieux dans cette tâche. Ce ne sont pas les déconvenues, les scandales, les contre-performances, les joueurs poches, les crises de fefans bipolaires, les dirigeants incompétents, les manifestations, qui manquent pour faciliter mon "travail", qui est en fait un plaisir. Mourial et son club de pousseux de puck sont en déclin mais beaucoup de prétentieux de la métropauvre se font encore des illusions sur leur valeur réelle. Voilà le paradoxe super comique que j'exploite et que je continuerai d'exploiter aussi longtemps que j'aurai du plaisir à le faire. En termes de statut, Moronréal est passé de la Mecque à la Merde du hockey. Chers lecteurs fidèles ou nouveaux, Hacksaw vous salut ! On va encore avoir du fun en masse ! Car le Cacanadien ça va comme c'est mené. C'est pourquoi c'est tout croCHe.

lundi 10 avril 2017

SÉRIE RANGERS VS CH : N'IMPORTE QUI PEUT BATTRE LE CACANADIEN !


Ouais, enfin la trop longue saison régulière de la LNH est terminée...  À moins d'être un fefan du CH et d'aimer voir jouer souvent ces maillets (ça relève du sado-masochisme), même si le club moronréalaid offre un spectacle (?) d'un ennui mortel, la fin du calendrier est un grand soulagement pour les amateurs de hockey.  Trop de parties ennuyantes comme la pluie, en vertu des exigences monétaires des propriétaires de concession, signifie un produit dilué et fréquemment inintéressant.  Du jeu terne...  Les joueurs ne sont pas surhumains.  Même les meilleurs et les plus vaillants ne peuvent être à leur mieux à tous les matchs.  La fatigue et les petits bobos qui s'accumulent minent leur performance, à la longue.



Avant le congédiement de l'incompétent entraîneur Michel Therrien, le Cacanadien avait amorcé, au début du mois de janvier, une descente aux enfers, caractéristique de leurs saisons habituelles.  Le pauvre ex-coach des CHieux avait dépassé sa date de péremption depuis fort longtemps.  La corde qui devait le pendre, il se l'était mise lui-même au cou lors du tournoi de golf précédant l'ouverture du camp d'entraînement.  En statuant que Max Pacioretty était le pire capitaine de l'histoire de l'équipe, T'esRien n'aidait pas sa cause et courait au-devant du trouble.  Puis, plus tard, en sortant le gardien Scary Price d'un match où il était pourri, il attachait le noeud de sa corde de pendu au gibet...  Car Scary en mène large au sein de la formation du torCHon.  Il singe sur Patrick Roy, qui, jadis, se voyait plus gros que son club, et surtout plus gros que l'entraîneur en chef...

Je ne suis pas le seul à penser que Price, et quelques vétérans parmi ses coéquipiers, ont organisé une fronde pour se débarrasser de la face de cochon à Therrien.  Dès le mois de décembre, Scary et quelques autres, se traînaient les savates sur la patinoire lors des matchs du CHicolore.  Ce n'est pas un hasard qu'avec l'arrivée d'un nouveau pilote (Julien) Price a mystérieusement retrouvé ses moyens et... le sourire !



La CHiasse a terminé la saison en tête de sa division, grâce à un bon début et à une forte fin de campagne.  Et... parce qu'il évoluait également dans une division plus faible.  Si les Danault et Byron ont surpris les observateurs en jouant au-dessus de leur tête, les Gallagher, Plekanec et Beaulieu ont plutôt atrocement déçu.  Le petit baveux à Gallagher a fini par payer sa témérité, et son agressivité devant le filet adverse, en subissant de graves blessures aux mains.  Il l'a avoué lui-même, il est hypothéqué et il n'est plus capable de lancer avec force.  Il doit se contenter d'essayer de faire dévier des tirs ou de saisir des retours de lancers pour marquer.  Ce qu'il ne fait plus beaucoup (dix petits buts en 2016-2017).  Le même total que Plekanec, qui n'est plus qu'un simple pion défensif même s'il est payé aussi cher qu'une super-star.  Quant à lui, Beaulieu est Beaulieu.  Sa réputation de foireux, avec sa mauvaise attitude, n'est plus à faire...  Il multiplie les bourdes autant sur la patinoire qu'en dehors de celle-ci.  Un lâche de la pire espèce, tout comme son "body" Galchenyuk...

Pour l'avoir vu jouer à Québec, lors de son stage junior avec les Remparts, je n'ai pas été étonné du succès qu'a connu Radulov à Mourial.  Il est doté d'un talent supérieur à la moyenne, et quand il se donne la peine de jouer avec ardeur (surtout pour décrocher un contrat alléchant) il excelle.  Où serait les Canailliens sans lui cette année ?  Eux dont l'attaque est loin d'être redoutable !  Il a connu une baisse de régime, à un moment donné.  Mais à force de se démener, presque tout seul, dans l'anémique offensive CHicolore, c'était compréhensible.  Avec l'attaque de merde des CHaudrons, les adversaires l'ont vite ciblé, vers la mi-saison, et ils l'ont neutralisé en le frappant durement dans les coins de patinoire.  Ce faisant, ils réduisaient au silence la faible artillerie bleu, blanc, merde.  Ce n'est pas le poltron à Pacioretty qui allait saigner pour aller chercher la rondelle dans les coins !  Également, sans surprise, Shea Weber a été un gros plus en défensive comparativement à celui qu'il remplaçait, le gros tarlat à Pédé Subban...



La vraie saison débute donc mercredi alors que la Guenille fripée a rendez-vous avec les Rangers de New York pour la première ronde des séries de la Coupe Stanley.  Au cours des dernières années, les Blue Shirts sont le club qui m'a le plus fait chier (encore davantage que les Maple Leafs de Toronto) parce qu'ils sont impuissants quand ils jouent contre les Cannes à CHiens.  Ces derniers ont gagné 19 des 27 plus récents affrontements entre ces deux "original six".

Évidemment, on peut s'attendre à du jeu défensif "plate".  La seule façon de jouer des CHieux, s'ils veulent avoir des chances de l'emporter.  Il ne se marquera pas beaucoup de buts.  Les CHaudrons n'ont que deux marqueurs de 20 buts et plus (Pacioretty et Byron).  Les Rangers en ont quatre (Kreider, Nash, Grabner, Miller).  Sous les ordres de Claude Julien, le CHiendent est meilleur que les Rangers en défensive.  Mais New York est mieux balancé en attaque.  Peu importe les comparaisons entre les deux formations, la recette est bien connue pour vaincre la CHiure.  On l'a constaté à plusieurs reprises cette saison.  Étouffez-les dans leur territoire en pratiquant un bon échec avant.  Frappez-les sans relâche, et les CHaudrons, ces CHokeux par excellence (avec Price au premier rang), vont commettre des tonnes de revirements (l'incroyable total de 933 cette année !) qui finiront bien par rapporter des dividendes aux opposants, s'ils sont opportunistes pour la peine.  Ça adonne bien, les Blue Shirts font belle figure dans le domaine des revirements provoqués avec 647 cette année.



Un autre trait commun dans les défaites du torCHon en 2016-17, c'est la bonne tenue des gardiens adverses dans ces matchs.  C'est là le principal hic dans la perspective du prochain choc entre les Rangers et le Caca.  Le cerbère numéro un de New York, le vieillissant Henrik Lundqvist (35 ans) est plus souvent qu'autrement pourri quand il affronte le club de la métropauvre québécoise.  De plus, en général, il n'a pas connu une bonne campagne en 2016-17 (31 victoires, 24 défaites, moyenne de 2,74 et % d'arrêts de .910).  Son auxiliaire Antti Raanta montre de meilleures statistiques que lui avec 16 victoires, 10 défaites, moyenne de 2,26 et % d'arrêts de .922.  L'entraîneur Alain Vigneault (photo ci-dessus) ne devra pas hésiter à sortir le crochet contre Lundqvist si celui-ci ne fait pas le travail contre les Habs.



Espérons que nous serons agréablement surpris par cette série éliminatoire, comme ce fut le cas il y a trois ans, quand les Rangers se sont débarrasser des CHieux en six matchs.  On se rappellera que le gros Chris Kreider avait sorti Scary Price de la série (le sans génie Brandon Prust avait répliqué en fracturant la mâchoire de Derek Stepan), dès la première partie, en fonçant sur lui et en lui infligeant une grave blessure (photo ci-dessus).  Quelle bonne idée !  Il faudrait qu'il récidive mercredi au Centre PouBell !  Aucun doute qu'il y aurait une émeute dans les estrades si ça se produisait !  Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha !  Autre facteur à considérer, toutefois, les Rangers devront non seulement battre le CH mais les arbitres aussi, quand ils se débattront sur la glace de Fefans Land, devant la "Morons Nation".



Cette saison, les Rangers se sont rajeunis et ils ont ajouté de la vitesse à leur alignement.  Des gars comme Mika Zibanejad (qui a bien fait en séries contre les CHaudrons lorsqu'il portait les couleurs des Sénateurs d'Ottawa), Michael Grabner, Jimmy Vesey et Brady Skjei pourraient jouer les héros contre la troupe de monsieur patate frite julienne.  Ça serait le temps que Rick Nash (photo ci-dessus) se réveille et se grouille le cul, lui qui a toujours été invisible contre le Caca...  Bonne série aux Anti-CHaudrons !  Et que les pires (CH) perdent !

Veuillez noter que je livrerai mes commentaires au sujet de cette série sur mon blogue JOURNAL INTIME D'UN ANTI-HABS EN FEU (www.journalintimedunantihabsenfeu.blogspot.ca)

dimanche 12 mars 2017

HUIT ANS D'ANTI-CH POUR HACKSAW REYNOLDS !


Il y a huit ans, le 13 mars 2009, je publiais mon premier billet anti-habs sur le blogue «CH comme dans torCHon».  L'ancêtre de CH comme dans CHaudrons, qui a été censuré après des plaintes formulés par des fefans frustrés auprès de l'hébergeur du site.   Cette naissance survenait au lendemain du congédiement brutal de l'entraîneur Guy Carbonneau. Un homme trop honnête, mis à la porte par la direction des CHieux, parce qu'il était trop franc et qu'il osait varloper ses joueurs quand ils jouaient comme des pieds.


En fondant mon blogue Anti-Caca, je visais surtout d'avoir un fun noir en me moquant de l'ex-prestigieuse organisation CHicolore, de leurs partisans fêlés et des reporters de la presse sportive moronréalaise, véritables prostitués qui couchent avec les CHieux en déshonorant leur profession.  Et du fun, croyez-moi, j'en ai eu en masse même si au cours des deux dernières années, j'ai manqué de temps libre pour écrire mes chroniques.  Que voulez-vous, contrairement aux cinglés de fefans, j'ai une vie en dehors du Cacad'CHien.


Lorsque j'ai commencé mon blogue, c'était aussi pour essayer de prendre la relève de Martin, auteur du blogue «Anti-Habs», qui venait de jeter l'éponge parce qu'il était écoeuré de faire le ménage dans la section «commentaires» de son site, inondé de spams par des fefans saboteurs.  Ces derniers ont tenté de me faire subir le même sort pour CH comme dans torCHon.  C'est pourquoi j'ai dû filtrer les commentaires.  




Même si j'ai eu beaucoup de plaisir à pondre mes billets anti-CHiasse depuis huit ans, je m'ennuie un peu de l'ancien site Anti-Habs de Martin.  Là où on pouvait intervenir librement dans les escarmouches avec nos opposants pro-CHieux.  De véritables affrontements épiques, du genre "bagarres de bar", qui pouvaient durer trois jours de temps. La plupart du temps, au terme de ces joutes sans merci, nos adversaires, exaspérés et à bout d'arguments, nous faisaient des menaces et rêvaient de nous tordre le cou ! C'était le bon temps !


Parmi les frappés de fefans qui écrivaient des commentaires sur le site et dont nous nous moquions des arguments ridicules, je me rappelle surtout du fanatique Dennis Dubeau et de la peur que je lui avais faite en lui faisant croire que je travaillais au ministère du revenu et que j'allais fouiller dans ses déclarations de revenu !  Il avait "freaké" pas à peu près !  Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha !  Sacré Dennis, un gros mangeur de sandwiches aux tomates, qui grattait la guitare en chantant sa haine des Bruins de Boston !  Quel concentré de con !


Ici, au début, quelques fefans-matamores sont bien venus faire un tour mais ils se sont faits tellement rabrouer et massacrer qu'ils n'ont pas demandé leur reste. Dommage ! Ils n'ont pas la couenne dure !

mardi 14 février 2017

LE CACANADIEN ENCORE EN DÉROUTE : LE CHÂTEAU DE CARTES S'ÉCROULE !


Les jeux électroniques sont immensément populaires.  La révolution du "virtuel" est déjà à nos portes, et les casques qui permettent d'y accéder seront des objets très courus chez des marchands comme Canadian Tire, dans les prochaines années.  Avec ces moyens technologiques, derniers cris de la mode, de ce qui est ultra-"in", on peut simuler des «réalités» qui n'existent pas.  D'autres parlent de «faits alternatifs» depuis l'avènement de la «Trumpomanie».  Depuis deux ans, des jeux de simulation (comme EA Sports), basés sur des projections faites par ordinateurs, prédisent une participation du Cacanadien de Mourial à la finale de la Coupe Stanley.  Rien de moins.  Rien de plus ridicule aussi !  La preuve que ces "robots" ne connaissent rien au hockey.  Un peu beaucoup comme les fefans qui idolâtrent le Saint TorCHon.



Au début de chaque saison de hockey, ces crétins libidineux, ainsi que toute la bande des pseudo-journalistes qui lèchent le cul de tout ce qui est CHicolore, se pâment et bandent sur les débuts de saison fabuleux des CHieux.  Ils sont baveux et ils ne tardent pas à croire en leurs chimères.  «Ça sent la Coupe», clament-ils niaiseusement, du plus profond de leur sottisier, toujours débordant de stupidité et de CHauvinisme.  Ils se bâtissent des châteaux en Espagne, avec le Saint Graal dedans (Stanley Cup).  Mais quand la mi-saison arrive et que les autres clubs de la LNH se mettent en marche pour jouer du vrai hockey, pas du hockey virtuel, ces pauvres nigauds réalisent, en voyant leurs CHaudrons subir défaite après défaite, que leurs châteaux en Espagne n'étaient que des châteaux de cartes (des deux de pique) qui s'écroulent sous le souffle de la moindre brise (provenant même des équipes les plus faibles).  Alors, le navire des Cannes à CHiens coulent à pic, et les rats (fefans et pseudo-experts prostitués) remontent précipitamment de la cale pour se lancer à l'eau.




Si les porte-couleurs de la Sainte Guenille sont encore au premier rang de leur division, c'est parce que celle-ci est faible, et parce qu'ils ont ramassé quelques points de BS par-ci par-là.  Depuis leur départ canon (13-1-1) qui s'est terminé le 13 novembre, les CHieux n'ont connu qu'une seule série de victoires consécutives (trois, dont deux arrachées en prolongation).  Ils ont perdu dix de leurs quatorze derniers matchs (six de leurs sept derniers), souvent par blanchissage (synonyme de leur nullité).  Pour neutraliser leur attaque de tire-pois, les clubs adverses n'ont qu'à pratiquer un bon échec-avant, à bien couvrir Pacioretty et Radulov et...voilà !  Le tour est joué !  Quand votre joueur de centre no 1 est Phillip Danault (dix buts en 58 matchs), vous êtes sérieusement dans le trouble !!! Les misérables Canailliens n'arrivent même plus à pratiquer leur traditionnel anti-hockey, la trappe à outrance, faite d'obstruction et d'accrochage.  Un système défensif ennuyant mais qui les a souvent sauvés de la catastrophe par le passé.  Jadis une rare force pouvant leur éviter le pire, leur jeu en désavantage numérique est tout simplement affreux depuis le mois de décembre.  Au cours des dix dernières parties, ils ont donné huit buts en pareilles situations.



Résultats de ces déboires : le bleu, blanc, merde n'a plus que six points d'avance sur Ottawa (qui ont cinq matchs en mains) et Boston.  Toronto est à neuf points mais a joué quatre rencontres de moins.  Au rythme où vont les choses, les Leafs (qui comme les Sénateurs ont subi moins de défaites que le torCHon en temps régulier) ont des chances de dépasser le Caca.  Avec les Islanders qui jouent très bien depuis le congédiement de leur coach (Capuano), ce n'est même pas certain que les CHieux pourraient finir la saison parmi les huit premiers rangs dans l'Est et participer ainsi aux éliminatoires. Les deux équipes repêchées proviendront de l'autre division de la Conférence, beaucoup plus forte que celle des CHaudrons.


Dans cette descente aux enfers de la CHiasse, le gardien Scary Price tient une place de choix.  Il est dans les premières loges.  Même de petits enfants peuvent le déjouer facilement ces temps-ci (photo ci-dessus).  Le 9 décembre, j'ai été le premier à annoncer sa déchéance, ici même.  Depuis la période des Fêtes, ses statistiques sont éloquentes et elles ne mentent pas : fiche de 6-8-3; moyenne de 3,15 avec un pourcentage d'arrêts de seulement .897.  Minable !  Comme celle de son club, sa réputation est surfaite.  Je n'ai pas vérifié, mais il doit s'approcher du record de défaites en carrière, pour un gardien du Cacanadien.  En plus de sa désastreuse fiche en séries de la Coupe Stanley.  Il multiplie les maladresses et les abandons devant son filet.  Piteux pitou !  Il aime manifestement plus s'amuser avec son enfant que de jouer pour la CHiure...  J'imagine que, comme tous ses coéquipiers, il rêve d'être échangé, pour quitter à tout jamais l'asile de la métropauvre.


La question de l'heure à MoronRéal est sans doute celle de l'éventuel congédiement de l'incompétent entraîneur Michel T'EsRien.  D'ailleurs, ces derniers temps, il a plus de tics nerveux que d'habitude.  Il se passe souvent le doigt entre le collet de sa chemise et son cou.  Un cou de plus en plus irrité et rouge, comme si la corde qui va le pendre le serre déjà.  Bof !  La question de son congédiement n'est pas pertinente car, à observer ce qui se passe derrière le banc des CHieux durant les matchs, on constate que c'est son adjoint Kirk Muller qui mène l'équipe.  Ça fait longtemps que Therrien a perdu son vestiaire et que ses joueurs ne l'écoutent plus...  Une réalité plus que virtuelle...

dimanche 15 janvier 2017

LUNDQVIST INTIMIDÉ PAR LES FANS DU CANADIEN DE MONTRÉAL.


Je me demandais pourquoi l'excellent gardien de buts Henrik Lundqvist (photo ci-dessus),des Rangers de New York, offrait généralement de mauvaises performances et perdait ses matchs au Centre Bell de Montréal, devant les farouches partisans du Cacanadien.  Les commentateurs des parties du torCHon sur le réseau de télévision TVA-Sports ont donné la réponse à ma question en révélant que Lundqvist était intimidé par les fefans du club moronréalaid.  Voilà pourquoi l'entraîneur des Blue Shirts, Alain Vigneault, a envoyé son gardien substitut devant le filet hier soir.  Malheureusement, ce dernier a été blessé, et Lundqvist a dû s'amener en relève.  Résultat : trois buts des CHieux en 62 secondes et encore une défaite pour le grand cerbère des Rangers au Centre PouBell.  Au grand plaisir de ses tortionnaires dans les estrades.



Pourquoi cette aversion si sévère du roi Henrik envers les mordus de la Sainte Guenille ?  Outre les insultes usuelles de ces timbrés à l'endroit de tous les gardiens des équipes adverses qui se présentent dans l'asile du Centre Bell, Lundqvist a-t-il reçu des menaces de mort de leur part ?  A-t-il été agressé physiquement par un talifan CHicolore ?  On ne le sait trop, mais rien n'est impossible, quand on connaît la folie qui habite beaucoup de fêlés du CHaudron qui capotent sur les CanaCHiens.  Ce club d'enfoirés est tout pour eux.  Ils sont prêts à tuer pour lui.  C'est leur obsession, leur idée fixe, la raison de leur perte de contact avec la réalité.  Celle aussi de leur délire sur les réseaux sociaux.  Toutes des caractéristiques associées à...la maladie mentale...


Pour les Monronréalaids, rien ne compte que le Canadien, le Canadien et encore le Canadien.  René Fasel, (photo ci-dessus) le grand manitou du hockey international, s'exprimait ainsi dans son bilan des Championnats junior de hockey tenus récemment à Toronto et dans la métropauvre, là où les assistances aux matchs ont été très faibles.  Fasel aurait dû savoir que les mongols de Mourial ne s'intéressent pas au hockey mais au Caca seulement.  Ce n'est pas pour rien que ces Championnats junior n'avaient pas eu lieu dans la cité des CHieux depuis si longtemps.  Aucun club de hockey junior n'a réussi à survivre, même à court terme, dans ce dépotoir à ciel ouvert, malgré quelques tentatives sérieuses.


Les fous, on les reconnaît à leurs comportements stupides et dangereux.  À leurs regards hagards, à leurs débordements aussi soudains qu'imprévisibles, à leur violence gratuite.  Comme ce petit voisin plus grand et plus fort, que vous avez peut-être côtoyé comme moi lorsque vous étiez enfant et qui, lorsque vous jouiez aux Cowboys et aux Indiens, vous lançait de vraies flèches; vous lançait des balles de neige avec des roches dedans; mangeait le bonbon que vous aviez roulé dans la slush de l'autobus scolaire; ou fonçait sur vous avec son traîneau aux bouts pointus recouverts d'acier...

Les fefans cinglés du CHiendent ont aussi cet extra d'imbécillité qui les rangent dans la catégorie des fous à lier.  Ils ne vont pas se contenter de tirer la pipe aux partisans des clubs adverses, ils leur lanceront plutôt des insultes, de la bière, ou des coups de poing.  Ils ne manifesteront pas comme les autres partisans, ils feront plutôt des émeutes.  Ils ne respecteront pas l'hymne national des équipes hôtes, ils vont le huer ou le saluer avec des gestes obscènes.  Ajoutez à cela qu'ils sont souvent saouls, et vous avez une combinaison encore plus folle !


Des fous, il y en a aussi au niveau de la patinoire chez les CHaudrons.  Derrière le banc, c'est Michel T'esRien, hors de lui, dans un état second, qui fait des crises de nerfs en enguirlandant l'arbitre, fait des changements de trios ridicules, ou des commentaires d'arriéré mental après les parties.

C'est Scary Price qui, jette un regard de fou furieux (photo ci-dessus) à son coach qui vient de le retirer du match parce qu'il est pourri.  On se rappelle qu'en début de carrière, Scary fixait ainsi l'un ou l'autre de ses coéquipiers qui avait fait une erreur ayant conduit à un but.  Je n'ai jamais vu un autre gardien agir ainsi.  Ça ne se fait tout simplement pas !  C'est insensé !

C'est Andrew Shaw (no 65, photo ci-dessus) et ses voies de faits sur des adversaires, des gestes de déséquilibré qui lui vaudraient un emprisonnement s'ils étaient commis sur la rue. 

C'est Brendan Gallagher et ses débordements, typique d'une personne qui a des araignées dans le plafond.


C'est un Radulov édenté (photo ci-dessus), qui se mord la langue à force qu'il veut tout arracher sur la glace; un comportement anormal qui devrait lui valoir une camisole de force...  Les dirigeants des Habs seront assez dingues pour lui donner prochainement un contrat à long terme digne d'un Sidney Crosby.  Contrat sur lequel le Russe va s'asseoir, bien entendu.  Il n'est quand même pas si cinglé que ça, il sait que c'est une tradition chez les mercenaires du Cacanadien de Mourial...