dimanche 25 juin 2017

TREVOR TIMMINS : UNE VALEUR SÛRE...POUR LES ANTI-HABS !!!


Vous le savez, c'est un de mes plaisirs dans la vie.  Celui de trouver sans cesse de nouvelles façons de ridiculiser le Cacanadien de Mourial et leurs partisans bipolaires.  Ce n'est pas parce que j'adore inventer de nouvelles perles littéraires pour enjoliver ma satire anti-caca que je suis pour autant non crédible dans ce que j'écris sur le CHicolore.  On m'a parfois reproché d'être aussi biaisé -mais dans le sens contraire- que les pires amateurs chauvins du torCHon quand je m'exprime à son sujet.  Ce qui enlèverait toute valeur à mes critiques.  Pourtant, ce que mes lecteurs et moi -dans nos commentaires-  avançons ici, comme arguments, dans ce blogue, ne sont souvent que des vérités qui sont réelles et qui ne devraient pas paraître avant-gardistes.  Pourtant, elles font passer les fefans des CHaudrons, et les journaliCHe-culs moronréalaids complaisants, pour des arriérés et des aveugles, qui sont toujours en retard sur l'autobus de la réalité qui est passé...au siècle dernier !

Heureusement et exceptionnellement, il y a parfois des journalistes de sports qui ouvrent les yeux et qui accomplissent leur travail en faisant ce qu'ils devraient toujours faire : s'en tenir aux faits; à la découverte de la vérité, et de la réalité.  Récemment, ce fut le cas du journaliste Marc-Antoine Godin, dans La Presse +.  Contrairement à trop de ses collègues qui "couvrent" (qui flattent dans le sens du poil) les CHieux, Godin s'est donné la peine de faire enquête sur un aspect important dans le sort de toute équipe de hockey professionnelle : le recrutement de jeunes joueurs pour assurer l'avenir.


Ce que le scribe de La Presse a découvert, nous le savions depuis longtemps ici.  Le système de repêchage de l'organisation de la CHiasse est pourri.  Et son chef, Trevor Timmins, est un incompétent de la pire espèce !  Malgré ce que peut dire le DG Marc "Symphorien" Bergevin pour le défendre.  Depuis au moins dix ans, au mois de juin, les recruteurs du CHiendent multiplient les gaffes quand vient le temps du grand repêchage de la LNH.  Les résultats de l'analyse de Marc-Antoine Godin sont sans équivoque et prouvent mathématiquement, et de façon accablante, la déchéance des Cannes à CHiens dans cet important département qu'est le recrutement de nouveau talent.

En effet, Godin révèle que les CHaudrons se classent au 29e rang (sur 30 équipes) pour ce qui est du nombre de matchs disputés dans la Ligue Nationale par les joueurs qu'ils ont choisis au repêchage depuis 2008.  Tous ces supposés joyaux (de véritables vols s'il faut se fier aux fefans, aux journalicheux et aux dirigeants du Caca) n'ont joué que 1 368 parties dans le circuit Bettman alors que la moyenne de tous les clubs est de...2 974 !  Quel Flop !!!  Et, encore, les quelques rares recrues du torCHon qui ont touché à la rondelle dans la grande Ligue étaient-ils seulement de bon calibre ?  Et même lorsqu'ils étaient talentueux, ils ont souvent été échangés prématurément, avant que l'on reconnaisse leur vrai valeur.  On pense ici, entre autres, au défenseur Ryan McDonagh (photographié ci-dessus avec Galchenyuk -un autre raté du système de recrutement du Cacad'CHien-), capitaine des Rangers de New York.  Comment voulez-vous que les Anti-Habs de rient pas à gorge déployée devant tant de ridicule ?!


Faut-il rappeler que ce qui a fait le succès des CHieux par le passé (qui est devenu très lointain) c'était justement l'excellence de ses choix de repêchage ?  Mais c'était à une autre époque et ils n'avaient pas de mérite car c'était du tout cuit dans la bouche.  Ouais, c'était à l'époque bénie où les dirigeants de la CHiure (comme Sam Pollock) contrôlaient les autorités et les règlements de la NHL.  Ils avaient réussi à faire imposer une zone de protection autour de Montréal (en fait tout le Québec et une partie de l'Ontario), un vaste territoire, principale pépinière de nouveaux hockeyeurs de talent, dans lequel les autres clubs ne pouvaient pas piger.  Sans ce privilège incroyable (qui, depuis qu'il a pris fin à la suite du changement des règlements du repêchage, a condamné le torCHon à la médiocrité), les maîtres du CH n'auraient pas pu mettre la main sur tant de jeunes joueurs qui allaient devenir des membres du Temple de la Renommée.  Des athlètes légendaires qui ont rapporté tant de Coupes Stanley et qui ont fait le prestige du club des Molson.

Un prestige que le département de marketing du Cacanadien s'efforce de préserver ou de réinventer pour berner les fefans et les serviles journalistes mourialais, mais qui n'existe plus depuis longtemps (une génération).  Cette vérité, les Anti-CHieux la connaisse depuis des lunes, mais les arriérés de la métropauvre l'ignorent toujours et encore...