mardi 25 juillet 2017

LE CH PATAUGE ENCORE DANS LA MERDE DU DERNIER RANG, MAIS LE SPECTACLE QU'IL OFFRE EST QUAND MÊME MOINS DRÔLE QU'UNE COURSE AU COCHON GRAISSÉ...


Même si ce qui reste du calendrier des CHaudrons n'a guère d'importance, vu leur élimination déjà acquise, je tenais à regarder les deux matchs qu'ils ont "joué" contre les Sénateurs d'Ottawa, la semaine passée. Pas pour voir à l'oeuvre l'équipe faible, terne et plate des Molson, mais pour découvrir encore comment les Sens ont pu faire mentir à ce point les experts qui leur prédisaient le dernier rang dans la Conférence de l'Est, avant le début de la saison. J'ai été déçu. Dans chacun de ces affrontements avec le torCHon, le club du capitaine Daniel Alfredsson s'est enlisé dans le "pit" de vase et de boue du système défensif des CHieux. De l'anti-hockey à son pire... De la trappe à en être malade, tellement ça étouffe le jeu jusqu'à l'empêcher, même... Car pour "jouer" au hockey, il faut avoir deux formations en présence. Plus il y a des attaques et des contre-attaques rapides, plus c'est intéressant et captivant. 

Lorsqu'une équipe, en l'occurrence les Canailliens à marde, ne fait que se défendre en attendant une ouverture ou une erreur de l'adversaire pour tenter une contre-attaque, aussi bien dire qu'on ne joue plus. Un peu comme un boxeur qui ne fait que se cacher le visage et le haut du corps avec ses gants et ses avant-bras, sans jamais rendre les coups de poings qu'il reçoit. Un vrai "punching bag", qui se fait généralement huer par la foule des spectateurs qui en veulent résolument plus pour leur argent.


Vendredi à Ottawa, le Caca a lancé trois fois au but en 2e et en 3e période. Complètement insensé et mourant, au point de vue spectacle et divertissement. Les Sens auraient dû faire comme les Flyers en début de saison, lorsqu'ils ont arrêté de jouer contre le Lightning, à cause du système "camisole de force" de l'entraîneur Guy Boucher. Ottawa a bénéficié d'une avalanche d'avantages numériques, mais rien n'y faisait. Recroquevillés comme une tortue sous sa carapace, les Cannes à CHiens ont réduit au silence les gros canons des Sénateurs qui n'arrivaient pas à percer la boîte défensive CHicolore. Josh Gorges a été "époustouflant", bloquant pas moins d'une dizaine de tirs. Courageux le gars. Faut lui donner ça ! Se donner autant dans une cause perdante. Un des rares à mériter son salaire du côté de la Guenille. 215 lancers bloqués cette année. De loin le meilleur dans ce département dans la Ligue Nationale. Combien de ces lancers bloqués auraient pu déjouer Scary Price ? Un bon nombre, sans doute. Un vrai second gardien que ce diable de Gorges ! 

À titre comparatif, le deuxième meilleur pour bloquer des tirs chez les CHaudrons c'est Piqué des vers Subban, avec 97 blocs. Gorges est aussi un des rares à oser dire la vérité, à donner l'heure juste, lorsqu'il parle aux journalistes après les parties. Malgré la consigne du silence (omerta) imposée par son patron Pierre Gauthier. Vendredi soir, c'était frustrant de voir l'impuissance des Alfredsson, Spezza, Michalek et autre Karlsson durant les jeux de puissance de leur club. Devant mon écran de télé, j'ai presque attrapé le torticolis à force de me pencher la tête dans tous les sens en essayant de trouver un angle favorable ou une brèche dans laquelle les Sens auraient pu passer pour déjouer Scary Price. Peine perdue... Personne n'a pu se démarquer pour enfiler l'aiguille. En plus, Price a été merdeux quand il a été sauvé par ses poteaux, à de multiples reprises. Merdeux comme ces cochons graissés (photo du haut) que l'on tente d'attraper dans un "pit" de vase et de boue. Mais, enfin, le CHiendent a fini par perdre en sur-temps. Mais dominés comme ils l'ont été, les CHieux ne méritaient pas le point de BS qu'ils ont récolté.


Samedi soir, le Centre PouBell était rempli de fefans venus acclamer leurs "losers". Sauf Rene Bourque, qu'ils ont pris en grippe et qu'ils ont copieusement hué, parce qu'il ne foute rien sur la patinoire depuis son acquisition dans l'échange de Cammalleri. À l'opposé, Subban (qui s'est fait moucher par Colin Greening vendredi à Ottawa, 2e photo ci-dessus) est toujours le CHouCHou des mordus de la CHiasse même si son nom apparaît au 10e rang des pires joueurs de la NHL pour le nombre de revirements commis (73). Chez le CHicolore, celui qui le suit est loin derrière avec 48 gaffes (Plekanec). Il n'y a pas de statistiques semblables pour les gardiens, mais Scary Price est sûrement le champion de ce genre de bourdes parmi ses confrères de la LNH. À l'enjeu de la rencontre de samedi : la dernière position dans l'Est. Le Caca a perdu en fusillade contre les Islanders, pour aller les rejoindre dans la cave du classement. Quoi de plus naturel et de normal ?! L'attaque du torCHon étant l'affaire d'un seul trio, que peut-il arriver quand ces trois joueurs (Pacioretty-Desharnais-Cole) ne s'inscrivent pas au pointage, comme ce fut le cas en fin de semaine ? Oui, vous l'avez deviné : deux défaites en autant de parties... Une pitié... 

Samedi, les CHaudrons n'ont pu battre un gardien (Montoya) qui n'avait pas joué depuis le 20 février. Tellement rouillé le portier des Islanders, qu'il a littéralement donné son premier but de la saison au "prolifique" Aaron Palushaj. Il n'en fallait pas plus pour que les fefans entonnent leur chant ridicule ("olé, olé, olé, olé"), quelques minutes plus tard... Méchante bande de demeurés... Contrairement aux gradins qui étaient quasiment pleins (pourquoi ? on se le demande bien), il y avait plusieurs sièges vides sur la galerie de la presse. Pourquoi ? Les absents avaient préféré aller voir jouer l'Impact au Stade Olympique ! Quand ça va mal, ça peut aller vraiment mal...

Parlez-en au "head coach" Randy Cunneyworth, qui était vert comme un Irlandais à la St-Patrick (ou comme le Cap'tain CrouCH Brian Gionta qui ne semblait pas s'ennuyer durant le match-photo ci-contre-), quand Mark Streit a traversé la patinoire et a déjoué tous les CHieux pour marquer tout un but (photo ci-dessus). Il est vrai que ce but ressemblait plus à un touché au football car Matt Moulson a fait tout un bloc (un "pick" en langage de hockey) à la ligne bleue contre Ryan White, ce qui a ouvert le chemin à Streit et ce qui a enragé l'entraîneur du Cacad'CHien qui a réclamé en vain une punition sur ce jeu. Le pauvre Randy avait les yeux gros comme des pièces de $ 2 et la bouche assez grande ouverte pour avaler plusieurs mouches. Sans parler de ses nerfs du cou, tendus comme des cordes de violon ! En passant, depuis la manifestation pro-français qui a suivi sa nomination, on n'entend plus Cunneyworth prononcer quelques mots de français après les joutes. Curieux non ? Il devait se mettre à l'apprentissage de la langue de Molière, il me semble... 

Bof ! C'est de la merde, comme tout ce qui touche cette organisation de ti-counes. C'était la 45e défaite des incapables de Mourial. On espère qu'ils se rendront à 50. Un si beau chiffre rond ! Nous les anti-habs, sommes insatiables ! On voudrait qu'ils les perdent toutes ! Mais soyons contents, seuls les Blue Jackets de Columbus ont moins de victoires que la CHnoutte. C'est ti pas merveilleux ça ?! Avec un peu de chance, l'élimination officielle de ces vauriens arrivera dans les prochains jours.
D'un autre côté, c'est presque trop facile, les rares fefans qui osent encore essayer d'argumenter avec nous-autres se font mettre le nez dans le caca, celui qui salit le pif des cancres de la classe... Des derniers de classe... Les déclassés qui n'ont pas de classe... Les colons... Les Habitants... Les Habs CHicolores... Pas besoin d'autre argument ou de preuve supplémentaire. C'est HONTE AUX VAINCUS, sur qui les vainqueurs se torchent les pieds... Amen ! Alléluia ! That's it ! That's all !

TROIS ANS DÉJÀ : HACKSAW EST TOUJOURS LÀ POUR RIRE DU CACANADIEN ET DE SES FEFANS !


Il y a trois ans, le 13 mars 2009, en créant le blogue CH COMME DANS TORCHON, votre humble serviteur prenait la relève du site Anti-Habs, détruit par les fefans du CH qui polluent encore présentement le blogue du journaliste François Gagnon, du journal LA PRESSE. Immédiatement mis au courant de l'existence de mon blogue, ces talifans extrémistes, incapables d'accepter que l'on puisse se moquer d'eux et de leur club de broches à foin, ont tenté de "noyer" mon site dans un déluge de cochonneries. Ils employaient ainsi la même arme qui a fait sauter Anti-Habs. J'ai bloqué leur stratégie destructrice en filtrant les messages-fleuves qu'ils m'envoyaient. 

Je dois malheureusement encore aujourd'hui continuer de veiller au grain en modérant les commentaires que vous m'envoyez. Sans quoi mes blogues anti-CH seraient mis hors d'usage par les talifans, ces intégristes religieux de la Sainte Flanelle. Ces précautions obligatoires enlèvent cette "belle" spontanéité qui caractérisait les échanges libres entre fefans et anti-CH sur l'ancien site Anti-Habs. Les messages "en direct" ou en ligne mettaient rapidement le feu aux poudres, et des batailles épiques entre pro-habs et antis pouvaient se prolonger pendant quelques jours, sur un même sujet. 

Après les tentative ratées d'éliminer mon site par la force, dès son lancement, les talifans de Gagnon Ville ont ensuite changé de tactique. Ils ont eu recours à la douceur et à la flatterie. Ils ont envoyé un message déplorant qu'un gars intelligent comme moi mette ses talents de rédacteur au service d'une telle cause, celle d'oser ridiculiser le monstre sacré et intouchable qu'est le Canadien de Montréal. Ils m'ont demandé gentiment de renoncer à mon projet. J'ai gentiment refusé leur recommandation. Et trois ans plus tard, je suis toujours là, malgré les bâtons qu'ils ont mis dans mes roues.

Oui, trois ans plus tard je suis toujours dans le paysage, et j'en suis fort aise. Au début de CH comme dans torCHon, le célèbre journaliste Réjean Tremblay m'a donné tout un coup de main en parlant de mon blogue à l'émission radiophonique de Paul Arcand (avec Alain Crête comme collaborateur aux nouvelles du sport). Réjean en a aussi parlé de mon blogue lors d'une entrevue dans une station radio de l'Abitibi, quelques mois plus tard. Le nombre de visiteurs sur mon site a continué de progresser. Si bien que l'an dernier, à sa deuxième année de vie, CH comme dans torCHon est même monté en tête du palmarès des blogues indépendants de sports les plus fréquentés au Québec, d'après les statistiques compilées sur le répertoire de blogues de TOUT LE MONDE EN BLOGUE. Cela en était trop pour les talifans et les fefans. En faisant plusieurs plaintes, mes détracteurs ont réussi à obtenir de Google (la plate-forme de diffusion qui héberge mon site) qu'il empêche l'accès direct à CH comme dans torCHon. Lorsqu'on veut accéder à ce blogue, un avis nous avertit d'abord que le contenu peut être offensant. Il faut ensuite cliquer sur une "porte" d'accès pour entrer sur le site. Refusant cette censure déguisée, j'ai déménagé mes pénates ici, sur CH comme dans CHaudrons. Et j'ai activé davantage un blogue satellite qui existait déjà : mon JOURNAL INTIME D'UN ANTI-HABS EN FEU. 

J'ai aussi poursuivi mon oeuvre complètement débridée et éclatée sur mon site L'ANTI-HABS ILLIMITÉ, et durant mes moments libres, je travaille à la construction de mon TEMPLE DE LA HONTE DU CH. Une belle famille de blogues anti-CHieux qui fait mon bonheur et me procure beaucoup de joie !

CH comme dans torCHon existe toujours mais il est en veilleuse. Il contient des archives qui débordent de bonnes idées que je me propose de rafraîchir durant la saison morte du hockey. Ensuite, sa vocation sera sans doute changée. Son successeur, CH comme dans CHaudrons, n'a pas atteint le même degré de popularité (présentement 16e au classement des blogues de sports de TOUT LE MONDE EN BLOGUE), mais c'est loin de me décourager ! Ma mission demeure la même : rire du CH (et de ses suppôts) en attaquant les mythes et les fausses croyances qui l'entourent. Et je suis béni des dieux dans cette tâche. Ce ne sont pas les déconvenues, les scandales, les contre-performances, les joueurs poches, les crises de fefans bipolaires, les dirigeants incompétents, les manifestations, qui manquent pour faciliter mon "travail", qui est en fait un plaisir. Mourial et son club de pousseux de puck sont en déclin mais beaucoup de prétentieux de la métropauvre se font encore des illusions sur leur valeur réelle. Voilà le paradoxe super comique que j'exploite et que je continuerai d'exploiter aussi longtemps que j'aurai du plaisir à le faire. En termes de statut, Moronréal est passé de la Mecque à la Merde du hockey. Chers lecteurs fidèles ou nouveaux, Hacksaw vous salut ! On va encore avoir du fun en masse ! Car le Cacanadien ça va comme c'est mené. C'est pourquoi c'est tout croCHe.

dimanche 25 juin 2017

TREVOR TIMMINS : UNE VALEUR SÛRE...POUR LES ANTI-HABS !!!


Vous le savez, c'est un de mes plaisirs dans la vie.  Celui de trouver sans cesse de nouvelles façons de ridiculiser le Cacanadien de Mourial et leurs partisans bipolaires.  Ce n'est pas parce que j'adore inventer de nouvelles perles littéraires pour enjoliver ma satire anti-caca que je suis pour autant non crédible dans ce que j'écris sur le CHicolore.  On m'a parfois reproché d'être aussi biaisé -mais dans le sens contraire- que les pires amateurs chauvins du torCHon quand je m'exprime à son sujet.  Ce qui enlèverait toute valeur à mes critiques.  Pourtant, ce que mes lecteurs et moi -dans nos commentaires-  avançons ici, comme arguments, dans ce blogue, ne sont souvent que des vérités qui sont réelles et qui ne devraient pas paraître avant-gardistes.  Pourtant, elles font passer les fefans des CHaudrons, et les journaliCHe-culs moronréalaids complaisants, pour des arriérés et des aveugles, qui sont toujours en retard sur l'autobus de la réalité qui est passé...au siècle dernier !

Heureusement et exceptionnellement, il y a parfois des journalistes de sports qui ouvrent les yeux et qui accomplissent leur travail en faisant ce qu'ils devraient toujours faire : s'en tenir aux faits; à la découverte de la vérité, et de la réalité.  Récemment, ce fut le cas du journaliste Marc-Antoine Godin, dans La Presse +.  Contrairement à trop de ses collègues qui "couvrent" (qui flattent dans le sens du poil) les CHieux, Godin s'est donné la peine de faire enquête sur un aspect important dans le sort de toute équipe de hockey professionnelle : le recrutement de jeunes joueurs pour assurer l'avenir.


Ce que le scribe de La Presse a découvert, nous le savions depuis longtemps ici.  Le système de repêchage de l'organisation de la CHiasse est pourri.  Et son chef, Trevor Timmins, est un incompétent de la pire espèce !  Malgré ce que peut dire le DG Marc "Symphorien" Bergevin pour le défendre.  Depuis au moins dix ans, au mois de juin, les recruteurs du CHiendent multiplient les gaffes quand vient le temps du grand repêchage de la LNH.  Les résultats de l'analyse de Marc-Antoine Godin sont sans équivoque et prouvent mathématiquement, et de façon accablante, la déchéance des Cannes à CHiens dans cet important département qu'est le recrutement de nouveau talent.

En effet, Godin révèle que les CHaudrons se classent au 29e rang (sur 30 équipes) pour ce qui est du nombre de matchs disputés dans la Ligue Nationale par les joueurs qu'ils ont choisis au repêchage depuis 2008.  Tous ces supposés joyaux (de véritables vols s'il faut se fier aux fefans, aux journalicheux et aux dirigeants du Caca) n'ont joué que 1 368 parties dans le circuit Bettman alors que la moyenne de tous les clubs est de...2 974 !  Quel Flop !!!  Et, encore, les quelques rares recrues du torCHon qui ont touché à la rondelle dans la grande Ligue étaient-ils seulement de bon calibre ?  Et même lorsqu'ils étaient talentueux, ils ont souvent été échangés prématurément, avant que l'on reconnaisse leur vrai valeur.  On pense ici, entre autres, au défenseur Ryan McDonagh (photographié ci-dessus avec Galchenyuk -un autre raté du système de recrutement du Cacad'CHien-), capitaine des Rangers de New York.  Comment voulez-vous que les Anti-Habs de rient pas à gorge déployée devant tant de ridicule ?!


Faut-il rappeler que ce qui a fait le succès des CHieux par le passé (qui est devenu très lointain) c'était justement l'excellence de ses choix de repêchage ?  Mais c'était à une autre époque et ils n'avaient pas de mérite car c'était du tout cuit dans la bouche.  Ouais, c'était à l'époque bénie où les dirigeants de la CHiure (comme Sam Pollock) contrôlaient les autorités et les règlements de la NHL.  Ils avaient réussi à faire imposer une zone de protection autour de Montréal (en fait tout le Québec et une partie de l'Ontario), un vaste territoire, principale pépinière de nouveaux hockeyeurs de talent, dans lequel les autres clubs ne pouvaient pas piger.  Sans ce privilège incroyable (qui, depuis qu'il a pris fin à la suite du changement des règlements du repêchage, a condamné le torCHon à la médiocrité), les maîtres du CH n'auraient pas pu mettre la main sur tant de jeunes joueurs qui allaient devenir des membres du Temple de la Renommée.  Des athlètes légendaires qui ont rapporté tant de Coupes Stanley et qui ont fait le prestige du club des Molson.

Un prestige que le département de marketing du Cacanadien s'efforce de préserver ou de réinventer pour berner les fefans et les serviles journalistes mourialais, mais qui n'existe plus depuis longtemps (une génération).  Cette vérité, les Anti-CHieux la connaisse depuis des lunes, mais les arriérés de la métropauvre l'ignorent toujours et encore...